Les frères Müller : Maîtres verriers à Lunéville

 
9782876927247: Les frères Müller : Maîtres verriers à Lunéville
Alle Exemplare der Ausgabe mit dieser ISBN anzeigen:
 
 
Extrait:

Les fondateurs
Les familles Guerner, Stenger et Bailly

La création de la verrerie - 1858-1859

«Bonjour Monsieur le Maire. Merci de nous recevoir.

Je me présente, Eugène-Auguste Guerner, chimiste et fils de verrier. J'aimerais reprendre le métier de mon père et m'établir dans votre commune de Croismare. Avant de vous exposer mes idées, je vous présente mon associé, Jacob Stenger, marchand, nous venons tous les deux de Vallerysthal dans le département voisin de la Moselle où nous nous sommes installés en tant que verriers. Avant de m'y fixer, j'ai parcouru le nord de l'Amérique, les États-Unis ainsi que le Canada tandis que Jacob visitait la Bohème et ses verreries.

Monsieur le Maire, votre village nous intéresse car...»

C'est ainsi que nous pourrions imaginer le premier entretien entre le maire de Croismare et les fondateurs de la verrerie de Croismare au début de 1858.
Mais pourquoi ce village, commune proche de Lunéville, intéresse-t-il nos deux associés ?

Comme tous les industriels, Eugène Guerner et Jacob Stenger s'appuient tout d'abord sur des considérations pratiques : s'installer là où se trouvent les matières premières, les sources d'énergie et la main-d'oeuvre.

La Lorraine est traversée par de nombreux cours d'eau et est recouverte de nombreuses forêts. Ces dernières fournissent du bois qui est un des principaux combustibles en France au XIXe siècle tandis que les rivières peuvent non seulement transporter les grumes mais également faire tourner les moulins. Aussi se disent-ils que même si le bois vient à manquer localement, ils pourront toujours s'établir un peu plus haut sur le cours de la Vezouze vers la verrerie de Cirey (crée en 1707). Si les affaires marchent bien, ils pourront aussi, pourquoi pas, migrer vers la Meurthe et s'installer parmi d'autres établissements industriels :
- en aval, la Société du Comptoir de l'industrie du sel et de la saline de Saint-Nicolas Varangéville (fondée en 1855) ;
- en amont, la verrerie de Baccarat (établie en 1764), qui travaille le cristal depuis 1816.

Il ne leur échappe pas non plus que le commerce est facilité par la disparition des barrières douanières qui n'existent plus entre la Lorraine et la France depuis la fin du XVIIIe siècle.

Le marchand Jacob Stenger envisage également de tirer profit de la ligne de chemin de fer Paris-Strasbourg construite récemment. Le tronçon entre Nancy et Sarrebourg est exploité depuis 1851 et même s'il n'y a pas de gare à Croismare, la ligne passe à quelques centaines de mètres.

Le chimiste Eugène Guerner sait qu'il peut trouver à proximité, le sable (des gravières de la Meurthe), les dérivés de la soude (Dieuze en Moselle, à quelques kilomètres de là est un centre d'extraction et de transformation du sel) ou la potasse (en Alsace) nécessaire à la fabrication du verre.
Mais les ouvriers verriers, où les trouver ?

Pas de problème ! La main-d'oeuvre spécialisée, ils prévoient déjà de la faire venir de la Moselle, (des verreries de Saint Louis et Meisenthal ou pourquoi pas de Vallerysthal, leur précédent établissement) ou si le besoin s'en fait sentir, de débaucher, chez leurs voisins de Cirey ou Baccarat. Le premier est un site de production de verre industriel, on ne présente plus le second.

Pas de difficulté majeure également pour les commis et autres manoeuvres. Ils savent que l'agriculture libère de plus en plus de bras et que, même si les mines et la sidérurgie en absorbent de grandes quantités, le Lunévillois est encore loin du sillon mosellan où ces industries naissantes se sont concentrées. De plus, cette main-d'oeuvre non spécialisée est volage. Elle passe, au gré des saisons, du puits aux hauts fourneaux pour revenir aux champs pendant l'été et se tourner vers la faïence ou le verre quand l'agriculture n'a plus besoin d'elle.

La Lorraine en général mais tout particulièrement la région située entre Sarrebourg et Lunéville est donc bien une terre privilégiée pour nos deux verriers. Ils savent pouvoir y trouver ce dont ils ont besoin : matière première, énergie et savoir-faire sans difficulté.

Présentation de l'éditeur:

Après quatre années de recherche, d'analyse, de vérification, de séances de photographies chez les collectionneurs ou les professionnels, avec l'aide des descendants Muller et des conservateurs de musées, après une exposition à Lunéville en 2003, l'auteur révèle la vie passionnante et l'univers artistique des Frères Muller.

Dans ce livre, ouvrage de référence et première monographie consacrée aux Frères Muller, Benoît Tallot décide de réparer ce qui lui semble être une injustice profonde de l'histoire de l'art et rendre au génie des Frères Muller la visibilité, la notoriété, l'hommage et la place qu'ils méritent aux côtés et au niveau d'Emile Galle et d'Antonin Daum.

En présentant leur importante production et en livrant des astuces afin d'en vérifier l'authenticité, l'auteur va éclairer les amateurs lors de leurs achats et ainsi décourager la vente de contrefaçons. Il cite Churchill avec humour car de nombreuses embûches ont entravé la réalisation de cet ouvrage : «Tout le monde savait que c'était impossible à faire. Puis un jour quelqu'un est arrivé qui ne le savait pas, et il l'a fait.»

Au-delà d'une biographie et d'un plaidoyer contre les copies, c'est un hommage au génie des Frères Muller que l'auteur vous invite à partager.

Benoît TALLOT, né à Etain (Meuse) le 21 octobre 1960, vit entre raison et passion.
Médecin, chef de projet international en recherche clinique dans un important laboratoire pharmaceutique français à Paris, il sait la valeur de l'analyse, de la vérification, de la réflexion et de la patience. Mais à Lunéville, où il revient chaque soir, le chercheur de 46 ans se fait passionné et collectionneur de livres anciens sur la Lorraine et sur Lunéville, de peintures du XIXe siècle et de modèles réduits d'automobiles anciennes.
Impliqué dans la vie publique, il défend avec pugnacité le patrimoine lunévillois.

„Über diesen Titel“ kann sich auf eine andere Ausgabe dieses Titels beziehen.

(Keine Angebote verfügbar)

Buch Finden:



Kaufgesuch aufgeben

Sie kennen Autor und Titel des Buches und finden es trotzdem nicht auf AbeBooks? Dann geben Sie einen Suchauftrag auf und wir informieren Sie automatisch, sobald das Buch verfügbar ist!

Kaufgesuch aufgeben