Search preferences

Produktart

  • Alle Produktarten
  • Bücher (2)
  • Magazine & Zeitschriften
  • Comics
  • Noten
  • Kunst, Grafik & Poster
  • Fotografien
  • Karten
  • Manuskripte &
    Papierantiquitäten

Zustand

  • Alle
  • Neu
  • Antiquarisch/Gebraucht

Einband

Weitere Eigenschaften

  • Erstausgabe
  • Signiert
  • Schutzumschlag
  • Angebotsfoto
  • Kein Print-on-Demand

Land des Verkäufers

Verkäuferbewertung

  • Bild des Verkäufers für La Peste zum Verkauf von Librairie Walden

    CAMUS (Albert)

    Anbieter: Librairie Walden, Orléans, FR, Frankreich

    Verbandsmitglied: ILAB

    Bewertung: 5 Sterne

    Verkäufer kontaktieren

    Erstausgabe Signiert

    EUR 30,00 Versand

    Von Frankreich nach USA

    Anzahl: 1

    In den Warenkorb

    Paris, Gallimard, (24 mai) 1947. 1 vol. (115 x 180 mm) de 337 p. et [1] f. Demi-maroquin vert à coins, dos à nerfs sertis de filets à froid, titre doré, date en pied, couvertures et dos conservés, étui bordé (reliure signée de Mercher, 1967). Édition originale. Exemplaire imprimé du service de presse. Envoi signé : « à M. René Lalou avec la gratitude et les sentiments de vive sympathie d?Albert Camus ». L'après-guerre est marqué pour Camus par une période de notoriété croissante. De L'Étranger aux écrits engagés de Combat, il reste fidèle à ses valeurs, à ses amis, et à ceux à qui il doit beaucoup. La « gratitude » ici évoquée envers René Lalou est la même que celle qu'il évoquera au même moment à ses autres « maîtres » : ses professeurs d'Alger et d'Oran, Louis Germain, Paul Mathieu, Jean Grenier, et René Lalou lui-même, professeur d'anglais en poste à Oran, au lycée Lamoricière. La ville où, à la fin de l'année 1940, Francine et Albert Camus - qui viennent de se marier, à Lyon -, s'installent, au 67 rue d'Arzew. Le couple y restera sans discontinuer jusqu'au 28 mars 1942. Mais aux noces doivent succéder le travail et les besoins d'activité, et d'argent. L'Étranger n'est pas encore paru, et Camus est sans le sou. Grâce à la famille Faure, il fait la rencontre d'André Benichou, professeur de philosophie au même lycée Lamoricière d'Oran. Après le vote par le gouvernement de Vichy des lois antisémites, abrogeant notamment le décret Crémieux et retirant la nationalité française aux Juifs d'Algérie (désormais « Juifs indigènes »), Benichou décide de créer un cours privé avec d'autres professeurs radiés : ce cours, qui deviendra le Cours Descartes après la guerre, accueillait les enfants juifs chassés des écoles publiques. Camus y assure l'enseignement du français - la littérature française du Moyen Âge -, d'abord dans des appartements privés de la rue Etienne, puis au 18 de la rue Paixhans, face au lycée Lamoricière. Pendant cette période, Camus fréquente assidûment les Bénichou, Choucroun, la famille Faure, et le docteur Henri Cohen : alors qu'Oran subit une épidémie de typhus, cette vie et ces événements formeront la « rampe de lancement » de La Peste, qui sera publié six ans plus tard mais dont les premières ébauches seront lues dès le début de l'année 1942 à André Bénichou. Camus en donnera une publication, « Les Exilés dans la peste », dans l'anthologie littéraire publiée en Suisse en 1943, Domaine français, de la revue Messages. Sans aucun doute, Camus aura mis à profit les connaissances de René Lalou, auteur d'une Histoire de la littérature française contemporaine (1922) et d'un Panorama de la littérature anglaise contemporaine (1927), fin connaisseur de Wilde, Conrad, Orwell, Stevenson ou Whitman. Ce double agrégé de lettres et d'anglais aura donné dans les années 1930 plusieurs articles importants sur Nietzsche, (« Ecce homo et Lettres », Quinzaine critique, n°36, 10-25 septembre 1931, p. 76. ; « OEuvres posthumes de Nietzsche », Les Nouvelles littéraires, 19 janvier 1935), à un moment où Camus s'y intéresse et dévore, à Alger, le Gai savoir. Les deux hommes poursuivront une relation d'amitié après la guerre, quand Lalou, parallèlement à ses responsabilités professorales (au lycée Lakanal et au lycée Henri-IV), devient un critique littéraire reconnu. Camus lui écrira longuement en novembre 1949, lorsque ce dernier le questionne sur la question du pacifisme, de ses rapports avec Sartre ou l'engagement : « je suis entré au groupe Combat en 1943 (.) je n'ai jamais touché une arme. Sur Sartre : « Je trouve à Sartre le plus grand et le plus persuasif des talents, mais ses livres n'ont jamais eu la moindre influence sur moi pour la raison fort simple que nos climats sont incompatibles. Du point de vue de l'art, disons seulement que le ciel du Havre n'est pas celui d'Alger (.) Je ne crois pas qu'adhérer au mouvement de Garry Davis soit le seul moyen d'éviter le retour de la peste. ». Cette belle lettre, exposée entre mars et mai 1981 au Centre Pompidou à l'occasion du vingtième anniversaire de la mort de Camus, rendait justice à l'enseignant qui servit de père à l'orphelin de guerre - après l'instituteur Louis Germain : « Mon vrai maître est un des plus beaux écrivains (méconnus) de notre temps, Jean Grenier. Il a été mon professeur, dans des temps reculés, mais, jusqu'à ce jour, je n'ai jamais cessé d'apprendre auprès de lui. » Le texte définitif de La Peste est achevé dans le courant de décembre 1946 ; ce sera ensuite un long travail sur épreuves jusqu'à un premier « bon à composer » de février 1947 et la version définitive, imprimée le 24 mai suivant. Le point final est apposé sans joie : « J'ai l'idée que ce livre est totalement manqué, que j'ai péché par ambition et cet échec m'est très pénible. Je garde ça dans mon tiroir, comme quelque chose d'un peu dégoûtant. » Camus est loin d'imaginer qu'il deviendra un best-seller et un classique populaire, le troisième titre le plus vendu des éditions Gallimard, après Le Petit Prince et L'Étranger. C'est la première fois pour Camus, qui se dit. « déconcerté ». Traduit dans des dizaines de langues, le cycle de « La Révolte » pèsera dans l'attribution du Nobel de littérature, dix ans plus tard. « Ce que l'on apprend au milieu des fléaux, c'est qu'il y a dans les hommes plus à admirer qu'à mépriser » écrit-il dans La Peste. Tout en montrant les capacités humaines de solidarité, de combat, Camus alerte pour ne jamais oublier les leçons des épreuves : « Le bacille de la peste ne meurt ni ne disparaît jamais ». Le service de presse sera fait dans la foulée rue Sébastien-Bottin par Camus. Qui n'oublie personne, et sûrement pas ses amis d'Oran. Bel exemplaire, très bien établi par Mercher en 1967.

  • Camus, Albert

    Verlag: Gallimard, Paris, 1947

    Anbieter: Magnum Opus Rare Books, Missoula, MT, USA

    Bewertung: 5 Sterne

    Verkäufer kontaktieren

    Buch Erstausgabe Signiert

    EUR 9,23 Versand

    Innerhalb der USA

    Anzahl: 1

    In den Warenkorb

    Soft cover. Zustand: Fine. 1st Edition. First Edition, First Printing in the ORIGINAL publisher's wrappers. A beautiful copy SIGNED by Albert Camus on a laid in signature with minor wear to the edges. The binding is tight with NO cocking or leaning. The pages are clean with NO writing, marks or bookplates in the book. A superb copy SIGNED by the author. We buy Camus First Editions. Signed by Author(s).